«Nulle part dans le monde, on est à l’abri de ces barbares»

    Visitant l’hôtel Radisson Blu, lieu qui a fait l’objet d’une attaque terroriste la veille revendiquée par des jihadistes, le Président malien Ibrahim Boubacar Keïta a incité à la vigilance samedi.

    Le chef de l’état malien a effectué une visite de quinze minutes, mais il a voulu voir les lieux de l’attaque. Après avoir fait une visite dans l’hôtel Radisson Blu de Bamako, pendant que des gendarmes français et maliens étaient toujours sur les lieux, IBK a apprécié la «solidarité entre les peuples» qui a touché les tragiques évènements de vendredi, «notamment entre le peuple français et le peuple malien.» rappelant la participation de militaires français avec les forces de sécurité maliennes pendant l’intervention menée dans l’hôtel, opération au cours de laquelle deux terroristes ont été tués.

    Le président malien a également évoqué les Etats-Unis et la Mission des Nations unies au Mali, la Minusma, qui se sont occupés des dizaines de personnes évacuées pendant toute de la journée. Ensuite, il s’est adressé aux forces maliennes, qui ont affiché d’après lui qu’elles étaient «montées en puissance» et dont il a célébré le «professionnalisme merveilleux.» il a conclu son mot par une mise en garde disant que : «le Mali n’est pas une zone fermée et ne le sera jamais. Paris ne l’a pas été et ne l’est pas, a-t-il indiqué par rapport aux attentats de Paris, Genève ne l’est pas, Moscou ne l’est pas, New York ne l’est pas. Nulle part dans le monde aujourd’hui, on est à l’abri de ces barbares d’un autre temps ».

    Partages
    Cédric, 24 ans, Lyonnais. Passionné par le commerce, j'en ai d’ailleurs fait mon métier.