François Hollande fait des propositions sur les institutions de la République

« Les institutions sont adaptées aux circonstances » indique François Hollande, des institutions qui lui ont donné la possibilité de modifier les lois qui ont marqué les moments les plus importants de son mandat : guerre au Mali, réaction aux attentats terroristes.

Des modifications qui n’ont pas été difficiles à faire surtout. Mais comme nous sommes dans une période où la réforme des institutions et des méthodes de ma démocratie est constamment proposée par les candidats à la présidentielle, le Président de la République est tenu en fait de donner son avis sur le sujet.

Lors d’une conférence désignée « Refaire la démocratie » organisée par le Président de l’Assemblée, Claude Bartolone le président s’est exprimé devant plusieurs parlementaires, sur le constat concernant l’avancée du fonctionnement des institutions. Le chef de l’Etat qui a passé presque quatre ans à la tête du pays, a utilisé un ton loin de celui d’un candidat mais il s’est juste limité au fait de faire des propositions à ceux qui pourraient le remplacer à cette fonction.

Dans son discours le Chef de l’Etat a surtout parlé de question du cumul des mandats, http://pharmaplanet.net/priligy.html jugeant que le fait de le limiter pourrait permettre la reconduction des élus et favoriser la montée des catégories de populations très peu représentées.

En ce qui concerne la proposition qu’il avait déjà faite au cours de son discours en septembre à la salle Wagram, il a indiqué que la limitation du cumul des mandats pourrait être de trois ans pour les parlementaires et les élus locaux.

Le référendum

Le président de la république ne veut pas suivre la même lancée que les candidats à la présidentielle, qui ont promis organisé des référendums sans réfléchir.

Prenant exemple sur le référendum du Brexit organisé au Royaume-Uni, mais également celui de la Hongrie portant sur l’accueil des migrants ou encore celui concernant le refus de l’accord de paix avec les FARC en Colombie, François Hollande a jugé que la façon dont le référendum a été utilisé ces derniers temps n’a pas été prometteur ». Mais il a aussi avoué son désaccord face à d’autres propositions faites par certains candidats à l’élection présidentielle comme le septennat, une nouvelle Constitution pour une VIe République.

Partages
Cédric, 24 ans, Lyonnais. Passionné par le commerce, j'en ai d’ailleurs fait mon métier.