Not Vital un artiste qui crée des maisons aux architectures impressionnantes

    Résidant dans les Grisons c’est un architecte travaille dans un factory située en Chine et qui déplace les collectionneurs. Créateur du Scarch, connaisseur de sculpture et d’architecture, Not Vital visite le monde afin de concevoir des maisons impressionnantes.

    Si vous souhaitez voir Not Vital, il faut aller dans un village qui porte son nom également dans la circonscription des Grisons en Suisse.

    Grâce à l’artisanat il est devenu une icône importante de ce secteur depuis le début du 21e siècle et ami de Basquiat, de Gerhard Richter, d’Ai Weiwei.

    Il est consulté par les collectionneurs, ses œuvres sont exposées à travers le monde, il est présent dans les plus grandes galeries, mais il n’est pas vraiment connu du grand public.

    Certainement parce qu’il est furtif, strict comme la région d’où il est originaire. Il s’appelle réellement Not Vital un nom spécifique à cette région de la Suisse où la langue parlée est le romanche. Quand il a commencé sa carrière, le critique d’art du Los Angeles Times, avait d’ailleurs écrit un article désapprouvant son patronyme. « Il croyait que mon nom était un nom de scène, comme un groupe punk », explique l’artiste».

    Des bâtiments imaginaires

    Not a créé ce qu’il a nommé le « scarch », un mélange de sculpture et d’architecture, ce qui explique cette constriction entre les deux termes. Grâce à cet art, il visite le monde entier avec l’obsession pour les maisons. Artiste accutane très productif, il burine, fait de la peinture, des dessins, crée des installations, des jardins, mais il imagine et conçoit aussi des maisons qui sont des œuvres d’art, une poésie étonnante. « « C’est en 2000 que tout commence à Agadez », relate-t-il. Il arrive dans cette ville d’Afrique du nord peuplée de Touaregs à 900 kilomètres au nord de Niamey, capitale du Niger. « À 9 heures, j’avais acheté le terrain, à midi, nous avions entamé les travaux de construction. » dans cette contrée, il construit une maison en quelques semaines afin de regarder le soleil se coucher, une gracieuse tour en terre, composée de trois escaliers. « C’était une idée très étrange pour les Touaregs au point où ils se disaient entre eux : « Il a perdu ses chèvres ». Ils se disaient que je n’étais pas normal. » Il a ensuite construit une tour afin de regarder la lune et une maison qui ressemble à une grande conque afin de faire face aux vents de sable, de toujours être frais et pour finir, il a construit une maison afin de passer la nuit debout. De plus, toutes les œuvres qu’il crée n’ont pas de portes. L’une de ses plus belles œuvres fut la construction d’une école où les élèves suivent non pas les cours à l’intérieur mais sur l’école, une école à la forme d’une pyramide aztèque.

    Partages
    Laurent, 26 ans. Fan de musique (electro) de sports (ski, tennis et vélo) mais surtout du monde fabuleux qu'est le Web. Amoureux de la vie.