L’Iata moins pessimiste sur le trafic aérien mondial

Le recul de la croissance en Chine, le marché le plus dynamique du transport aérien, va avoir un effet sur la demande au niveau mondial dans le secteur aéroportuaire d’après une estimation faite ce jeudi par l’Association internationale du transport aérien (Iata) pour expliquer la révision à la baisse de sa prévision du trafic de passagers.

L’organisme se penche désormais sur sept milliards de passagers transportés en 2034, c’est à dire le double du chiffre pour cette année, correspondant à une croissance annuelle moyenne de 3,5%.

Elle visait jusqu’à présent une croissance de 4,1% par an en moyenne, permettant de porter le nombre de passagers transportés à 7,4 milliards en 2034.

« Les événements économiques et politiques de l’année ont influencé certains des éléments absolus de la croissance », a expliqué Tony Tyler, le président de l’Iata, dans un communiqué.

L’Iata, qui réunit pas moins de 260 compagnies celexa aériennes qui assurent 83% du trafic aérien mondial, mentionne dans son communiqué qu’elle a revu ses prévisions à la baisse à cause de la croissance en Chine, malgré le fait est que la Chine présente la croissance la plus importante en termes de passagers.

Il est prévu que la Chine puisse devenir d’ici 2029 le premier marché mondial du transport aérien une place détenue actuellement par les Etats-Unis. En 2034, la Chine va représenter approximativement 1,19 milliard de passagers transportés, alors que les Etats-Unis affichent 1,16 milliard de passagers.

L’Iata souligne également que les marchés brésilien et russe sont confrontés à des difficultés, suite à la chute des cours des matières premières et du pétrole.

Le 10 décembre, l’organisation va présenter d’autres prévisions de résultats financiers pour les activités du secteur en 2015 et 2016.

Partages
Cédric, 24 ans, Lyonnais. Passionné par le commerce, j'en ai d’ailleurs fait mon métier.